« Merci de m’avoir permis de connaître ce quatuor avec qui tout s’est bien passé, depuis la préparation jusqu’à la fin de leur concert.

Les 56 résidents (sur 84 possibles) ont beaucoup apprécié ce moment libérateur où chacun a pu s’exprimer à sa façon (en animant un élément de son corps, en applaudissant à chaque fin de mouvement, et plusieurs fois en fin de concert, en nous (l’animatrice, l’amie bénévole qui m’accompagne ou moi) faisant part de leur ressenti ou simplement en me serrant fortement la main avec un regard profond, rempli d’émotions.

Il y avait ce fan de rock, qui ne pense qu’à danser quand il entend « sa » musique, dire « Que cette musique était belle et elle vous va au cœur ».

Ou cette femme (à qui il ne reste plus beaucoup de dents sur le devant de la bouche) qui, les yeux pétillants, dit « Je me croyais au Paradis ».

Je repense à cette algérienne, au fond de la salle – qui m’appelle « mon fils »- elle m’a pris la main et de sa voix rauque m’a dit merci.

Ces quatre jeunes les ont ressuscités, même un court instant pour certains : cela ne dure peut-être pas longtemps mais leurs vies sont faites de petits plaisirs, hélas de plus en plus rares. Et ce concert en a été un fort qui leur a permis de se rappeler combien c’est bon de découvrir des choses que l’on n’a jamais connues (c’est cela que je m’applique à faire depuis mars 2013, dans les EHPAD).

Bernard Moreau, appelé « Monsieur Bernard » par les résidents.